V1.0 (20.06.24) : Lancement du site internet

La plateforme de la sélection de fonds et de la gestion d’actifs

Edmund Buckley, Pictet Alternative Advisor : “Les entreprises prometteuses recherchent généralement des investisseurs dotés d’une expertise et de réseaux qui peuvent apporter plus que de l’argent à la table”

Edmund Buckley, de Pictet Alternative Advisor, à Londres, répond à quelques questions qui permettent d’en savoir plus sur l’expansion de Pictet dans le domaine des investissements privés directs.


Quel est votre rôle chez Pictet ?

En tant que responsable du Private Equity direct, mon travail consiste à identifier et à investir dans des entreprises prometteuses du marché intermédiaire, souvent détenues par des familles et des entrepreneurs. Nous sommes généralement le seul investisseur en private equity (PE) et nous rejoignons leur conseil d’administration pour jouer un rôle actif dans l’entreprise.


Quels sont les secteurs sur lesquels vous vous concentrez ?

Nous nous concentrons sur trois secteurs verticaux essentiels : les services aux entreprises, l’éducation et l’industrie. Nous nous concentrons sur deux grandes tendances appliquées à ces secteurs verticaux : la transition énergétique et la numérisation.


Quel secteur vous passionne le plus ?

Chaque sous-secteur sur lequel nous nous concentrons présente de nombreuses opportunités intéressantes pour soutenir de grands entrepreneurs. Il est donc difficile de choisir une thèse ou un secteur d’activité en particulier. En ce moment, nous nous concentrons sur les gagnants à long terme dans les services B2B autour de la transition énergétique, les infrastructures, par exemple.


Comment identifiez-vous les entreprises prometteuses ?

Nous sélectionnons les entreprises qui présentent des marges d’exploitation élevées et des produits ou services différenciés. Elles ont tendance à opérer sur des marchés de niche avec des barrières à l’entrée élevées.


Comment persuadez-vous les entreprises de s’associer avec vous ?

Aujourd’hui, les entreprises prometteuses peuvent choisir parmi de nombreuses sociétés de capital-investissement. Elles recherchent généralement des investisseurs dotés d’une expertise et de réseaux qui peuvent apporter plus que de l’argent à la table.


Comment aidez-vous ces entreprises à réaliser leurs ambitions ?

Nous avons une équipe interne de création de valeur et nous collaborons avec des conseillers externes et des partenaires opérationnels. “Acheter et construire” est une stratégie importante pour nous. Nous aidons les entreprises à augmenter leurs revenus, à optimiser leurs prix, à générer des efficacités opérationnelles, à transformer les données et les systèmes informatiques et à réaliser des fusions et acquisitions transformationnelles. Nous aidons également les équipes de direction à recruter et à développer des talents nouveaux et existants.


Que recherchez-vous chez les équipes de direction ?

Lorsque je discute avec des équipes de direction, je veux comprendre comment elles travaillent ensemble, quelle est la culture opérationnelle de l’entreprise et quelles sont leurs valeurs fondamentales. Par-dessus tout, nous aimons soutenir des équipes de gestion entrepreneuriales qui ont une vision claire de la façon dont elles veulent développer leur entreprise.


Quelle est l’importance de l’intuition dans la sélection des entreprises ?


Avec l’expérience, vous pouvez développer des intuitions rapides sur les entreprises. Mais l’équipe et moi-même nous appuyons toujours sur des données et des analyses pour prendre des décisions d’investissement.


Comment effectuez-vous vos recherches avant d’investir dans un marché ou une entreprise ?

Nous commençons par une recherche documentaire pour couvrir les informations publiques disponibles, et nous assistons à des réseaux d’experts et à des conférences pour connaître les dernières tendances et entreprises. Nos relations existantes avec des cadres supérieurs, des consultants et d’autres experts du secteur sont également essentielles pour acquérir une connaissance approfondie d’un marché ou d’un sous-secteur. Nous pouvons souvent passer six à douze mois sur une thèse d’investissement jusqu’à ce que nous soyons à l’aise pour investir dans un sous-secteur.


Quelle est votre formation ?

J’ai fait une maîtrise d’histoire à l’université de Cambridge. Après avoir obtenu mon diplôme, j’ai travaillé dans la banque d’investissement chez Morgan Stanley.
une société de capital-investissement de taille moyenne à Londres il y a 20 ans.


Pourquoi le private equity ?

J’aime interagir avec des équipes de direction et des fondateurs passionnés par leur entreprise et les aider, en tant que partenaire de confiance, à développer et à faire croître leur société.


L’histoire vous influence-t-elle en tant qu’investisseur ?

Mark Twain a dit : “L’histoire ne se répète pas, mais elle rime souvent”. On peut souvent observer des modèles de comportement, qu’il s’agisse de cycles de marché ou de nouvelles technologies arrivant sur un marché. Je pense que cela me donne une meilleure perspective à long terme.


Comment faites-vous pour vous ressourcer et rester concentré ?

J’ai une petite fille, alors le temps est précieux ! Mais pour me détendre, je joue au tennis et au golf.


Y a-t-il un livre ou un podcast que vous recommanderiez ?

Shoe Dog de Phil Knight, l’autobiographie du fondateur de Nike. Elle vous montre que le succès ne vient pas rapidement et que créer une entreprise est un travail difficile, surtout au début. M. Knight a identifié une tendance intéressante et un marché prometteur, puis il s’est concentré sans relâche et a fait preuve de passion pour amener Nike là où elle est aujourd’hui. J’écoute également des podcasts sur la neuroplasticité, c’est-à-dire la capacité du cerveau à modifier, changer et adapter sa structure et ses fonctions tout au long de la vie et en fonction de l’expérience. Je recommande Huberman Lab et Lifespan avec David Sinclair.


Capital-investissement public, capital-investissement privé, capital-investissement direct en bref ?

Les investisseurs en private equity prennent généralement des participations importantes ou majoritaires dans des entreprises privées qui ne sont pas cotées en bourse. Les investisseurs en capital public achètent généralement des actions de sociétés cotées en bourse et prennent des positions plus modestes qui ne leur permettent pas d’exercer autant d’influence ou de contrôle. L’une des grandes différences entre les deux est que dans le capital-investissement, vous avez une influence ou un contrôle important. Vous pouvez influencer le changement de manière beaucoup plus significative que dans le cadre d’un investissement en capital public et vous siégez généralement au conseil d’administration de l’entreprise, travaillant directement avec les équipes de direction et aidant l’entreprise à se développer.

Source : Pictet Wealth Management

Partager cette publication
URL de partage
Précédent

Un CAC 40 à 8.000 points, c’est délirant ?

Suivant

Arode Wealth Management, cap sur une expertise qui place l’allocation d’actifs au centre de sa gestion de portefeuille

Accès Premium actif !

Vous avez désormais accès à toutes les publications Premium.

Bienvenue sur Capital insight !

Suite au rapprochement de fibee.fr et de lexpertinvest.com, Capital Insight devient la plateforme de la sélection de fonds et de la gestion d’actifs en France, Suisse, au Luxembourg et à Monaco.