V1.0 (20.06.24) : Lancement du site internet

La plateforme de la sélection de fonds et de la gestion d’actifs

Goldman Sachs entend poursuivre sa croissance en Suisse

Goldman Sachs a l’intention de poursuivre le développement de ses activités de gestion de fortune en Suisse, en se concentrant sur le segment des ultra-riches. A ce titre, la reprise de Credit Suisse par son ex-rival UBS est considérée par le géant bancaire étasunien comme une chance.

Les afflux de capitaux en Suisse ont pris de l’ampleur suite à l’accentuation des déboires de l’ex-numéro deux bancaire helvétique l’automne dernier. Cela a été le fait “de clients existants et nouveaux”, a indiqué Meena Lakdawala-Flynn, co-directrice de l’unité Private Wealth Management auprès de Goldman Sachs, lundi dans les colonnes de la Neue Zürcher Zeitung (NZZ), indiquant que la masse sous gestion a presque doublé au cours des cinq dernières années.

Dans l’environnement de marché actuel, de nombreux clients reconsidèrent leurs relations bancaires et multiplient leurs prestataires le cas échéant, poursuit la responsable. Goldman Sachs se concentre sur la clientèle très aisée, comme les jeunes entrepreneurs ou les familles propriétaires sur plusieurs générations, à qui elle est en mesure d’offrir un avantage de taille par rapport aux établissements privés locaux, à savoir la banque d’investissement.

Malgré la crise qui a fait sombrer la banque aux deux voiles, la Suisse reste un “marché très attractif”, aux dires de Meena Lakdawala-Flynn, et dans lequel Goldman Sachs investit “plus que la moyenne”, à l’image de Londres. Parmi les autres axes de développement des activités à l’international, la responsable cite l’Allemagne, la France, l’Italie, l’Espagne, le Proche-Orient, Hong Kong, Singapour et l’Australie.

Partager cette publication
URL de partage
Précédent

La chronique Bourse du 1er juillet 2023

Suivant

Immobilier américain : vraie reprise ou trompe-l’œil ? Ça se discute

Accès Premium actif !

Vous avez désormais accès à toutes les publications Premium.