V1.0 (20.06.24) : Lancement du site internet

La plateforme de la sélection de fonds et de la gestion d’actifs

Pictet Wealth Management prévoit une baisse de l’inflation globale et sous-jacente à environ 3 % d’ici la fin de 2023, tant aux États-Unis que dans la zone euro

Pictet Wealth Management présente son outlook 2023, écrit par le CIO Office & Macro Research.


Nous prévoyons une légère récession aux États-Unis et dans la zone euro en 2023, avec une contraction du PIB réel de 0,2 % dans les deux endroits. Le resserrement significatif des conditions financières et le plus grand choc inflationniste sur les revenus réels depuis des décennies continueront de peser sur l’activité économique. Sur une note plus positive, les bilans relativement solides des ménages et des entreprises devraient contribuer à amortir l’impact de la récession.

Aux États-Unis, nous nous attendons à ce que la consommation des ménages fléchisse (mais pas à ce qu’elle se brise) à mesure que le chômage augmente progressivement au cours du second semestre de l’année prochaine. Dans la zone euro, le marché du travail semble résilient et la politique budgétaire devrait rester globalement favorable, mais le choc énergétique est trop important pour être complètement compensé.

La Chine est confrontée au risque à court terme d’une réouverture chaotique après la crise, mais aussi à des obstacles structurels à la croissance dus au désendettement immobilier et aux réglementations gouvernementales. Nous prévoyons une croissance du PIB réel chinois de 4,5 % en 2023.

Le marché pétrolier devrait rester globalement équilibré à court terme, mais la hausse de la demande après la réouverture de la Chine, conjuguée à la faible élasticité de l’offre, pourrait faire grimper les prix au second semestre 2023. Selon notre scénario central, le prix du Brent devrait atteindre 115 USD par baril à la fin de 2023.

Dans le sillage des États-Unis, nous pensons que l’inflation a également atteint un pic dans la zone euro. Nous continuons de prévoir une désinflation mondiale dans les biens de base, les contraintes de l’offre s’atténuant et la demande ralentissant. Toutefois, les pressions sur les prix dans les secteurs des services à forte intensité de main-d’œuvre devraient persister l’année prochaine. Nous prévoyons une baisse de l’inflation globale et de l’inflation sous-jacente à environ 3 % d’ici la fin de 2023, tant aux États-Unis que dans la zone euro.

Les banques centrales ne lâcheront pas prise tant qu’il n’y aura pas de preuves convaincantes que l’inflation sous-jacente diminue. Nous voyons un taux terminal de 5,25 % pour le taux des fonds fédéraux, et de 2,50 % pour le taux de dépôt de la BCE, avec des risques de hausse. Même si les banques centrales se préparent à ralentir le rythme de leur resserrement, leur communication devrait rester belliqueuse afin de maintenir les attentes en matière d’inflation.

À plus long terme, toutefois, les banques centrales pourraient être tentées de laisser l’inflation dépasser leur objectif de 2 % (pour atteindre, par exemple, 3 %), ce qui serait la solution la moins pire.

Partager cette publication
URL de partage
Précédent

Les Terriens peuvent dormir sur leurs deux oreilles

Suivant

Small cap : pourquoi tant de retard ?

Accès Premium actif !

Vous avez désormais accès à toutes les publications Premium.

Bienvenue sur Capital insight !

Suite au rapprochement de fibee.fr et de lexpertinvest.com, Capital Insight devient la plateforme de la sélection de fonds et de la gestion d’actifs en France, Suisse, au Luxembourg et à Monaco.