V1.0 (20.06.24) : Lancement du site internet

La plateforme de la sélection de fonds et de la gestion d’actifs

Près de la moitié des investisseurs favorisent l’impact investing dans leur approche durable

L’investissement d’impact est désormais considéré comme l’un des principaux piliers de l’investissement durable, aux côtés de l’intégration et du filtrage positif, selon l’étude Schroders Institutional Investor Study 2022. Elle révèle plus largement que les investisseurs institutionnels montrent un net intérêt pour les investissements durables. Cependant, cette tendance s’accompagne d’une recherche de preuves de résultat et de craintes quant aux performances.

Un peu moins de la moitié (48%) des investisseurs ont déclaré que l’investissement d’impact était leur approche préférée pour mettre en œuvre la durabilité, une augmentation significative par rapport à 38% il y a un an et 34% en 2020. L’étude a également révélé l’importance d’une intégration complète de l’ESG dans le processus d’investissement devenant désormais une priorité aux yeux des investisseurs.


La demande croissante de solutions d’investissement axées sur la transition énergétique se reflète également dans les résultats. Bien plus de la moitié des investisseurs (59 %) ont déclaré que de nouvelles opportunités d’investissement portant sur la transition énergétique les inciteraient à investir davantage dans les investissements durables. Cette tendance est particulièrement marquée au Royaume-Uni et dans la région Asie-Pacifique, où 68 % et 62 % des investisseurs ont respectivement souligné le besoin de solutions plus axées sur la transition.

Dans le même temps, les préoccupations relatives à la performance des investissements durables ont augmenté au cours des 12 derniers mois, 53 % des investisseurs citant cet aspect comme un défi, contre 38 % il y a un an. Il s’agit d’un revirement significatif, les inquiétudes relatives à la performance ayant régulièrement diminué d’une année sur l’autre jusqu’à présent, et cela reflète probablement un environnement de marché plus difficile. Plus précisément, les investisseurs d’Asie-Pacifique et d’Amérique latine sont très inquiets. Le manque de transparence et de données communiquées a également été reconnu comme l’un des principaux obstacles qui empêchent les investisseurs d’investir de manière durable.

L’engagement reste une priorité pour les investisseurs du monde entier, 59 % d’entre eux déclarant que des preuves tangibles de résultats concrets constituent le composant le plus important de toute stratégie d’actionnariat actif. Plus précisément, près des deux tiers des investisseurs (64 %) estiment que la gouvernance (par exemple, la transparence des votes et des résolutions des actionnaires) est le principal thème d’engagement. Les droits de l’homme et le climat complètent le trio de tête des priorités en matière d’engagement.

Il est encourageant de constater que près de quatre investisseurs sur dix dans le monde ont déclaré s’être engagés à atteindre un niveau net zéro d’ici 2050, les investisseurs européens étant en tête sur ce point, devant ceux d’Amérique latine, d’Asie-Pacifique et d’Amérique du Nord. Un tiers des investisseurs nord-américains étudient encore la question de la transition mais ne se sont pas encore engagés à atteindre des objectifs spécifiques.


Andy Howard, responsable mondial de l’investissement durable chez Schroders, a déclaré :

“Les résultats de l’étude d’aujourd’hui sont frappants : de plus en plus d’investisseurs institutionnels veulent mesurer, gérer et produire un impact. Compte tenu des préoccupations relatives aux tensions entre l’investissement durable et les objectifs de rendement, il devient évident que des approches réfléchies fondées sur l’expérience en matière d’investissement seront de plus en plus essentielles”.

Perspectives d’investissement

Plus généralement, les attentes des investisseurs en matière de rendement pour les cinq prochaines années se sont détériorées par rapport à l’année dernière, aggravées par des préoccupations importantes concernant l’impact de la hausse de l’inflation et des taux d’intérêt, ainsi que l’incertitude géopolitique croissante et les craintes d’un ralentissement mondial.

Dans un contexte de perspectives plus difficiles, l’étude a toutefois révélé que la confiance des investisseurs dans la réalisation de leurs rendements est restée stable, ce qui est probablement le résultat de la réduction de leurs attentes.

Il est intéressant de noter que les préoccupations relatives aux pandémies mondiales ont nettement perdu de leur importance en tant que problème pour les investisseurs par rapport aux deux années précédentes.

Johanna Kyrklund, Chief Investment Officer et Co-Head of Investment du groupe Schroders, a commenté cette étude :

“Les marchés continuent d’être pris dans les courants croisés des préoccupations relatives aux hausses de taux et des inquiétudes liées aux risques de récession. L’étude a révélé que les allocations des investisseurs aux actions ont baissé, reflétant notre propre positionnement maison. En effet, pour déterminer les autres positions à détenir autour de cette position défensive de base en actions, il faut savoir si les risques de taux ou de croissance sont les plus importants.

Plus généralement, en termes d’impact sur la performance des portefeuilles, l’étude a révélé qu’un certain nombre de problèmes sont de plus en plus dans la ligne de mire des investisseurs : hausse de l’inflation et des taux d’intérêt, position faucon de la politique monétaire, conflits mondiaux et menace imminente d’un ralentissement économique mondial.

Notre conclusion est qu’il faut continuer à se concentrer principalement sur les conséquences de la hausse des taux, car les modèles d’inflation traditionnels sont vulnérables aux goulots d’étranglement de l’offre causés par une myriade de sources sans précédent : les habitudes de dépenses post-pandémie, les blocages en Chine et la guerre entre la Russie et l’Ukraine. Les banques centrales se concentrent donc avant tout sur la normalisation de leur politique.”

Les rapports complets de l’étude Schroders Institutional Investor Study 2022 sont disponibles ici.

Partager cette publication
URL de partage
Précédent

De l’Euro fort à l’Euro faible : La parité Euro-dollar en vue ?

Suivant

Mégatendances : l’espace, la nouvelle frontière de l’innovation

Accès Premium actif !

Vous avez désormais accès à toutes les publications Premium.

Bienvenue sur Capital insight !

Suite au rapprochement de fibee.fr et de lexpertinvest.com, Capital Insight devient la plateforme de la sélection de fonds et de la gestion d’actifs en France, Suisse, au Luxembourg et à Monaco.