V1.0 (20.06.24) : Lancement du site internet

La plateforme de la sélection de fonds et de la gestion d’actifs

Dans un contexte de marché incertain, les HNW et les chefs d’entreprise trouvent des raisons d’être optimistes

L’inflation, une récession potentielle et le risque géopolitique sont en tête de la liste des préoccupations mondiales, mais beaucoup voient de l’espoir à l’horizon alors que le sentiment sur les perspectives de marché à court terme commence à se rétablir. Selon le dernier rapport trimestriel d’UBS sur le sentiment des investisseurs, les investisseurs du monde entier équilibrent leurs craintes d’une récession et l’amélioration des perspectives du marché boursier.

L’enquête, menée auprès de 2900 investisseurs fortunés (“HNW”) et 1200 propriétaires d’entreprises sur 14 marchés, révèle que 54% des investisseurs dans le monde craignent une récession, contre 49% au deuxième trimestre 2002. Toutefois, les perspectives à court terme du marché ont augmenté au cours des trois derniers mois et 59 % des investisseurs sont optimistes quant à l’avenir. La forte demande de biens et de services (46 %), le retour à la normale après le COVID-19 (43 %) et les bons résultats des entreprises (41 %) sont les principales raisons pour lesquelles certains investisseurs pensent qu’il y a de l’espoir à l’horizon, même dans un contexte de marché difficile.


Les investisseurs cherchent des conseils sur les défis et les opportunités du marché


Une récession figure parmi les trois principales préoccupations des investisseurs au niveau mondial, juste derrière l’inflation (55 %) et le risque géopolitique (55 %). 31% d’entre eux pensent que leur économie est déjà en récession, et 21 % s’attendent à ce qu’il y en ait une sur leur marché avant la fin de l’année. 62% des investisseurs s’attendent à ce que l’inflation augmente encore en 2023, et par conséquent, près de la moitié d’entre eux ont déjà réduit leurs dépenses, tandis que 37 % envisagent de faire un achat important maintenant, avant que les prix n’augmentent encore. Pour compenser les coûts plus élevés qui découlent de l’augmentation de l’inflation, 31 % des investisseurs prévoient de diminuer le montant de leur épargne. 69% des investisseurs s’attendent à une hausse des taux d’intérêt en 2023 et prévoient d’agir si cela se produit au cours des prochains mois en ajoutant des liquidités (38 %), des produits alternatifs (31 %) et en ajustant les allocations sectorielles (31 %).


Dans un contexte d’incertitude mondiale, les investisseurs recherchent davantage de conseils sur les opportunités de marché (74 %), la manière de gérer la volatilité (74 %), la manière de générer du rendement (73 %) et l’optimisation fiscale (73 %). Parmi les personnes interrogées ayant des conseillers, 87 % ont déclaré qu’elles recherchaient davantage de conseils que d’habitude compte tenu de l’environnement actuel. Par rapport au trimestre précédent et dans un contexte de hausse croissante des taux d’intérêt, la recherche de conseils sur l’emprunt est celle qui a le plus augmenté (61%, +8%) et 25% envisagent d’emprunter maintenant avant que les taux n’augmentent encore.


Les chefs d’entreprise sont tout aussi optimistes


Parmi les chefs d’entreprise interrogés, 72 % sont optimistes quant à l’évolution de leur entreprise au cours des 12 prochains mois et, bien que la récession soit en tête de liste de leurs préoccupations, 41 % prévoient de continuer à combler les lacunes en matière d’embauche après la crise du COVID-19. Parmi les autres préoccupations figurent l’instabilité géopolitique (54 %), l’inflation des salaires (54 %) et la hausse des coûts des matériaux (54 %). Pour gérer l’augmentation des dépenses, les propriétaires d’entreprises s’approvisionnent auprès de fournisseurs à moindre coût (46 %) et augmentent leurs prix (45 %).


Résultats régionaux


Asie


62% des investisseurs interrogés en Asie sont optimistes quant aux perspectives de l’économie de leur propre région au cours des 12 prochains mois, et 60 % s’attendent à ce que leur situation financière personnelle soit meilleure dans six mois. Le risque géopolitique (53 %), une récession (50 %) et un ralentissement des marchés financiers (48 %) sont les principales préoccupations des investisseurs en Asie, 40 % d’entre eux prévoyant d’augmenter l’allocation de liquidités ou d’équivalents de liquidités si les taux d’intérêt augmentent au cours des prochains mois et 47 % réduisant leurs dépenses en raison d’une inflation plus élevée.


Europe


69% des investisseurs en Europe sont optimistes quant aux perspectives de l’économie de leur région au cours des 12 prochains mois, soit plus que toute autre région. Toutefois, le risque géopolitique (59 %), l’inflation (57 %) et l’ampleur de la dette nationale (56 %) suscitent des inquiétudes et les investisseurs ont commencé à chercher d’autres sources de rendement. Soixante-huit pour cent ont déjà inclus des investissements alternatifs dans leurs portefeuilles et 35 % envisagent d’augmenter cette allocation dans les six prochains mois. Cinquante-deux pour cent prévoient d’augmenter les liquidités dans le contexte des turbulences du marché.


L’Amérique latine


58% des investisseurs d’Amérique latine sont optimistes quant aux perspectives de l’économie de leur région pour les 12 prochains mois. Ils s’inquiètent surtout de l’inflation (72 %), de l’environnement politique (71 %) et de la valeur de la monnaie locale (71 %) et de l’incidence de ces facteurs sur leurs objectifs financiers. Malgré cela, 72 % s’attendent à ce que leur situation financière personnelle soit meilleure dans six mois, et 43 % des investisseurs pensent que l’économie va s’améliorer.


États-Unis


Les investisseurs américains sont les moins optimistes quant aux perspectives de l’économie de leur région au cours des 12 prochains mois (51 %), 63 % d’entre eux estimant qu’une récession est imminente. Pour les prochaines élections de mi-mandat, l’économie est le principal enjeu (83 %). 59 % des investisseurs s’attendent à ce que l’inflation augmente en 2023 et, par conséquent, 52 % ont réduit leurs dépenses. Bien que 52 % soient optimistes quant aux perspectives du marché boursier à court terme, 35 % sont pessimistes en raison des préoccupations liées à la politique (64 %) et à l’inflation (63 %).

Partager cette publication
URL de partage
Précédent

Or: publication par le World Council du bilan du T3

Suivant

L’investissement durable fait la part belle aux fonds multiactifs et alternatifs

Accès Premium actif !

Vous avez désormais accès à toutes les publications Premium.

Bienvenue sur Capital insight !

Suite au rapprochement de fibee.fr et de lexpertinvest.com, Capital Insight devient la plateforme de la sélection de fonds et de la gestion d’actifs en France, Suisse, au Luxembourg et à Monaco.